Arts en Bosnie

Art du cuivre à Mostar
Art du cuivre à Mostar

Le bois et le cuivre sont des matériaux très travaillés dans l’artisanat de

Bosnie-Herzégovine. Il existe encore des ateliers qui fabriquent des pièces au savoir-faire unique et ancestral. Les objets liés au café se trouvent facilement, comme les ustensiles et autres couverts pour le café que vous trouverez fréquemment. La sculpture, la peinture et le cinéma sont d’autres domaines où certains artistes rayonnent à l’international.

L’architecture est façonnée selon les périodes suivantes : médiévale, ottomane, austro-hongroise, communiste et après-guerre.

L’architecture est façonnée selon les périodes suivantes : médiévale, ottomane, austro-hongroise, communiste et après-guerre.

Moyen-âge

Le moyen-âge regorge de maisons traditionnelles rurales où se regroupaient les communautés familiales et claniques. Il est aussi caractérisé par les forteresses. Les mieux préservées sont visibles à Sarajevo, Srebrenik, Blagaj, Jajce, Travnik, Tešanj, Počitelj, Doboj, Vranduk et Bobovac. On remarque aussi des constructions gothiques et romanes.

Art ottoman

L’art ottoman, à la fin du XVe siècle, est caractérisé par l’art islamique avec la recrudescence de mosquées, de fontaines et de hammams. L’empire ottoman a défini des règles d’urbanisme et favorisé le développement des villes. A Sarajevo, Baščaršija est un quartier ottoman datant du 16e siècle. On y trouve un bazar où se concentrent bon nombre de commerçants et artisans. Il y a d’autres monuments tels que les mosquées de Gazi Husrev-bey, de Fehrad-bey, et de Baščaršija, la fontaine de Sebilj et la tour de l’Horloge, dite Sahat kula. Le pont de Mostar est un autre emblème de l’art ottoman.

Période austro-hongroise

Période austro-hongroise à la fin du XIXe, avec un style moderne et éclectique inspiré tantôt du classique, du baroque, et aussi du pseudo-maure, très visible à Sarajevo avec la bibliothèque nationale de Sarajevo, l’académie des Arts et l’hôtel de ville. L’influence architecturale de l’empire austro-hongrois est manifeste, malgré une période de pouvoir relativement courte, jusqu’au début 20e. A voir également, le couvent franciscain de Fojnica.

Communisme

Le communisme soutient une homogénéisation qui appauvrit l’architecture. Il amorce la construction de grands ensembles de types HLM pour faire face aux flux d’immigration et à l’exode rural. Le béton prévaut dans les matériaux utilisés. Les nouvelles infrastructures sont de mauvaise qualité et conduisent à des problèmes sanitaires. De rares projets se détachent de la morosité, comme les tours jumelles de la société UNIS (aujourd’hui UNITIC).

Post communisme et construction d’après-guerre

Durant la guerre, plus de 2000 monastères et églises ont été détruits, ainsi que le pont Stari Most. Sarajevo a souffert des nombreuses destructions.

Beaucoup de bâtiments et de monuments ont été reconstruits à l’identique après les lourds dégâts causés par la guerre, tel qu’à Sarajevo avec les tours jumelles UNIS ou encore à Mostar avec le Stari Most. Les chantiers foisonnent depuis l’après-guerre. Les nouvelles constructions témoignent d’une volonté de renouer avec la créativité. L’Avaz Twist Tower est un gratte-ciel de 172 mètres achevé en 2009 à Sarajevo, le plus haut des Balkans. Il est le symbole d’un modernisme et du dynamisme architectural. Il est aussi prévu de créer un complexe sportif et de réhabiliter d’anciennes constructions olympiques.

Quelques unes des institutions culturelles de Bosnie-Herzégovine :

  • Le musée national, à Sarajevo
  • Le musée juif ou Vieux Temple, construit en 1581 et rénové en 1909
  • Le musée de la ville de Zenica, pourvu de riches départements dédiés à l’archéologie, l’histoire et la peinture. Ce musée se veut « ouvert », il propose des ateliers, un centre multimédia, des stages et des programmes de promotion de la science et des arts.
  • Le musée de la République de Srpska, à Banja Luka. Hissé au rang de musée national, il comporte les six départements suivants : archéologie, nature, histoire, histoire contemporaine, ethnologie et bibliothèque.
  • Le musée historique de Bosnie-Herzégovine, à Sarajevo, qui regroupe pas moins de 300 000 objets.
  • En projet, le musée d’art contemporain Ars Aevi, à Sarajevo

A voir également

  • Medugorje, très fréquenté par les pèlerins catholiques depuis les annonces d’apparition de la Vierge dans les années 1980.
  • Počitelj, village doté notamment d’une forteresse datant de 1444 et d’une mosquée du 16e siècle, sur liste d’attente pour figurer au patrimoine de l’UNESCO. Le village se pare d’un grand ensemble de constructions de style ottoman.
  • Les pyramides de Bosnie, près de la ville de Visoko, sont des collines à forme pyramidale dont l’origine est sujette à controverses. Elles ont été médiatisées en 2005 par Semir Osmanagic, un Bosniaque passionné de civilisations antiques qui a formulé une théorie à leur sujet. Ces collines auraient été édifiées par les hommes et comporteraient un ensemble de galeries et tunnels à l’intérieur. L’énigme demeure et divise les communautés d’experts ainsi que les institutions politiques et culturelles. Quoi qu’il en soit, ce site reste troublant par ses paysages et ses formes singulières.
  • La municipalité de Višegrad, avec le pont Mehmed Paša Sokolović classé au patrimoine de l’UNESCO. A proximité également, la ville d’Andrićgrad, et le monastère de Dobrun.